30 degrés de moyenne depuis notre arrivée au Cambodge, mais nous avons pu compter sur la générosité d’Antoine pour nous faire partager sa « crève » avant de nous quitter. Un charmant souvenir dont nous nous serions volontiers passés ! C’est donc rempli de mucus et tout grelottant, que nous nous dirigeons vers Kampot avant de remonter au bord du Tonle Sap.

 

____________________

Kampot et Kep : Du crabe relevé au bord de l’eau !

Nous posons nos sacs à Kampot pour quelques jours, le temps de reprendre des forces sous le soleil et de visiter tranquillement les alentours.

 

____________________

1er arrêt : Les plantations de poivre

Après avoir travaillé dans une plantation de thé au Népal, nous partons à la découverte d’une plantation de poivre ! Qui l’eut cru (certainement pas nous), mais le poivre de Kampot est très réputé. On n’en finit pas avec les découvertes culinaires pendant ce tour du monde !

Armés de notre scooter, nous bravons les routes cambodgiennes pour atteindre « La Plantation », située à 19 km de Kampot. Dès que l’on quitte la route principale et ses fous du volant, nous nous retrouvons projetés dans une petite vie de village comme on les aime, avec des champs et un chemin de fer pour décor. Que demander de mieux ?! (Hormis, une protection intégrale contre la poussière qui nous recouvre littéralement de la tête aux pieds…).

Une fois le « Secret Lake » longé, nous arrivons aux portes du domaine. 20ha de poivre, curcuma, fruits et légumes en tous genres, la visite s’annonce très bien ! Pendant une bonne demi-heure, avec un petit groupe de touristes, nous déambulons dans la plantation au fil des explications de notre guide avant de nous lancer dans une dégustation de poivre.

(J’avoue que sur le papier, je suis plus émoustillée par une bonne dégustation de vins, du Bourgogne de préférence. Chauvinisme oblige !).

Qui eut cru qu’il existait autant de variétés de poivre, et décidément quand le poivre est frais ça n’a rien à voir avec ce que l’on connait, c’est vraiment bon (tant qu’il n’arrache pas et ne te décroche pas une petite larmichette) ! Deux heures plus tard nous quittons la plantation tout sourire, non sans avoir fait quelques emplettes !

 

____________________

Quelques mots sur le poivre

Le poivrier est en réalité une liane qui a besoin d’ombre, généralement procurée par les feuilles de palmier. La floraison a lieu pendant la saison des pluies (en juin), les grains sont ensuite récoltés à différents stades de maturité puis séchés.

  • Le poivre noir: le plus connu, mais aussi le plus épicé. Il est récolté à maturité avant d’être séché. On l’utilise principalement pour assaisonner les plats chauds.
  • Le poivre rouge: récolté à maturité puis séché à l’abri du soleil, il se marie particulièrement bien avec les desserts (et notamment le chocolat) !
  • Le poivre blanc: récolté à pleine maturité lorsque les baies deviennent rouges, il est alors séparé de sa peau avant d’être séché et de blanchir. Idéal pour les produits de la mer.
  • Le poivre au sel: poivre frais enrobé de sel, un vrai délice qui se déguste tel quel, parfait pour l’apéro ! C’est une spécialité de la Plantation qui permet de conserver plus longtemps le poivre vert en lui donnant plus de goût.
  • Le poivre long(rouge ou au sel) : variété différente de poivre qui lui donne plus de saveur.

 

____________________

2ème arrêt : Le marché aux crabes !

Nous remontons sur notre bolide direction le marché aux crabes de Kep ! Pour ceux qui connaissent mon amour des produits de la mer, vous n’aurez aucun mal à imaginer que cette visite n’a pas été une partie de plaisir pour moi et mon odorat, mais que ne ferait-on pas par amour ?!

Pierre trépigne d’impatience à l’idée de goûter du crabe au poivre vert, moi je traine des pieds face à toutes ses odeurs. Ça commence bien… Après avoir fait un petit tour de marché, Pierre aborde une femme au bord de l’eau pour lui acheter deux crabes.

Quelques minutes plus tard, le voilà attablé sur une table improvisée près du stand de cette femme, une grosse assiette de crabes au poivre vert devant lui ! C’est avec des étoiles dans les yeux qu’il déguste son repas (oui, j’ai goûté et force est de constater que ce n’était pas mauvais !), le poivre vert sublime à merveille le crabe (amis de la gastronomie bonjour et bienvenue sur le blog culinaire de Marine et Pierre… Ah non désolée, je m’égare) !

Le ventre bien rempli, Pierre retourne dans le marché pour faire quelques clichés avant de repartir pour notre dernier arrêt de la journée.

 

____________________

3ème arrêt : les marais salants, asséchés…

Pour finir cette journée en beauté, nous décidons de rentrer à Kampot en prenant la route des marais salants, mais notre chance légendaire à encore frappée et ils sont tous asséchés… ! Dommage ça aurai pu être un beau spot photos…

La journée se termine tranquillement avec un joli coucher de soleil sur le quai de la ville suivi un repas on ne peut plus local : hamburger, frites… (mais c’est mon chéri qui régale pour compenser le crabe du midi. Oui, oui, toutes les excuses sont bonnes pour ne plus manger du riz…) !

Après quelques jours reposants et ensoleillés, il est temps pour nous de quitter le sud du pays pour découvrir les abords du plus grand lac d’Asie du Sud Est.

 

____________________

INFOS PRATIQUES

Hébergement :

Park Inn Hostel and Bar : petite auberge de jeunesse sympathique à Kampot avec des propriétaires on ne peut plus arrangeants ! Petit dèj correct à prix très raisonnable. 5$/pers en dortoir (pas d’eau chaude mais par 30°, ce n’est pas très dérangeant !)

 

Transports :

  • Location de scooter : 5$/jour
  • Location de vélo : 2$/jour

 

La Plantation :

Tenue par un couple franco-belge ce complexe agro-touristique a de multiples casquettes et finance également l’école du village. Des visites sont organisées tous les jours (en khmers, en anglais ou même en français !), suivi d’une dégustation de poivres et d’épices !

Il est possible de venir y travailler (pour un minimum de 3 mois) ou d’y faire un stage. Vous trouverez toutes les infos sur leur site internet : http://kampotpepper.com/?lang=fr. Alors, qui est partant pour travailler sous le soleil cambodgien dans un très beau complexe agricole ?

____________________

 

Le Tonlé Sap et ses villages flottants

Ce lac est aussi grand que fascinant, tout comme les villages flottants qui le composent. Nous avons donc décider de nous arrêter à Kompong Chhnang en remontant à Siem Reap. Pourquoi cette ville en particulier ? Parce que nous voulions éviter les attrapes touristes des villages proches de Siem Reap pour retrouver un peu plus d’authenticité.

On ne va pas vous mentir, la ville en elle-même ne présente aucun intérêt particulier, hormis les côtes du lac. D’un coup, un nouvel aspect du quotidien se dévoile : les marchés proches de l’eau, les multiples ports et bateaux, les premières maisons sur pilotis… en quelques secondes nous sommes séduits par cette ambiance agitée et pleine de vie.

Une fois arrivés au port, nous sommes abordés par une jeune femme qui nous propose de nous emmener sur son petit bateau, sa barque pour découvrir les villages aux alentours. Nous embarquons donc direction Phoum Kandel et Chong Kos, deux villages flottants situés à proximité. Les premières minutes, c’est à peine si nous osons bouger par peur de chavirer… mais très vite nous sommes captivés par la vie du lac et les embardés perpétuels du bateau se fond oublier.

Pêches, marchés, transports à l’école… les embarcations ne cessent d’aller et de venir entre les villages et le port.

Ce n’est pas tous les jours que nous sommes confrontés à un mode de vie si opposé au notre. Je suis d’autant plus admirative qu’à mon mal des transports je peux ajouter le mal de mer… Heureusement que ce moment unique en son genre relègue mon estomac en 2ème position !

La visite se termine par une partie du village de Chong Kos qui ne « flotte pas » en période sèche. (Pendant la mousson, croyez-le ou non mais la surface du lac peut être multipliée par 4 ! N’oubliez pas votre maillot de bain !). Entre les maisons, le village est pris d’assaut par les enfants venus faire du vélo avant d’aller à l’école ! Un pur bonheur.

Après cette heure de bateau à en prendre plein les yeux, nous regagnons le port et nos vélos. Un dernier tour aux abords du lacs pour profiter de ses maisons sur pilotis et cette ferveur de vivre et il est déjà temps de rentrer.

 

____________________

 
Demain, une (nouvelle) journée de bus nous attend direction notre dernier arrêt au Cambodge : Siem Reap et les Temples d’Angkor ! Quoi de mieux pour finir en beauté !

 

____________________

INFOS PRATIQUES

Hébergement :

  • Garden Guesthouse: guesthouse très propre tenue par des propriétaires encore une fois très agréables et arrangeants ! 10$/nuit en chambre double. Possibilité de louer des vélos à la journée ou la demi-journée. Ils font aussi restaurant mais les prix sont un poil chers.
  • Dans la même rue que la guesthouse, il y a quelques adresses à prix très raisonnables pour manger, vous les retrouver sur Maps.Me.

 

Location de bateau et visite des villages :

10$/pers. Se rendre directement au port et privilégier les petites embarcations (si possible à rames, c’est mieux pour l’environnement !).

____________________

@Parscourirlescimes

 

Crédit Photos: Pierre