C’est parti pour notre 1ère boucle au Laos ! Seulement cette fois-ci, c’est à vélo que l’on part à l’assaut de la Petite boucle du plateau des Bolovens. Après tous ces tours en moto depuis la Thaïlande et notre repos du guerrier aux 4000 îles, nous avions grand besoin de changement et de (re)faire un peu plus de sport !

Notre maître mot pour cette boucle : prendre notre temps et ne pas passer nos journées entières sur les vélos sans profiter des alentours. C’est pourquoi nous partons pour 6 jours avec en moyenne 40km par jours, tranquillou billou.

Prêt à enfourcher vos vélos avec nous à travers les cascades et les plantations de café ?

 

____________________

Pourquoi faire cette boucle à vélo ?

  • Explorer une autre façon de voyager, sans être frustrer de ne pas profiter de tout ce que la route nous réserve
  • Être au plus proche des habitants et pouvoir nous arrêter au grès de nos envies
  • Rester 100% libre
  • Allier sport et écologie
  • Parce que le profil de cette boucle fait qu’elle est accessible à n’importe qui, pas besoin d’être un grand sportif pour en profiter !
  • Toujours pas convaincu ? Prenez quelques minutes pour lire cet article en profitant des paysages et comme toujours, toutes les infos pratiques sont à la fin de l’article.

____________________

 

 

1er jour : Pakse – Lak 40

43 km 900m de dénivelé positif

Le plan était simple : partir le plus tôt possible pour arriver avant 12h à la cascade de Tad Champee. Oui, mais c’était sans compter le ratage de réveil… Nous partons finalement à 8h30 après un bon petit dej 100% français dans le ventre, miam ! (Impossible de s’arrêter à Paksé sans aller à « La Boulage » !)

Une fois sortie du tumulte de la ville, nous profitons des scènes de vie quotidienne qui défilent devant nous : un marché de pastèques et de plantes, des enfants en chemin pour l’école, un autre marché spécialisé dans les machettes (chacun son truc… !), des cris d’enfants dans la cour de l’école… Bref, pas de quoi s’ennuyer !

Après 14km relativement facile, les choses se compliquent : une longue montée jusqu’aux cascades de Tad Champee et Tad Fan débute. Et pour couronner le tout, le soleil se joint à nous… C’est vers 13h et trempés de sueur (on ne va pas mentir…) que nous atteignons : Tad Champee, une jolie cascade dans laquelle on peut se baigner (Halleluja) ! Après plusieurs heures passées à pédaler sous un soleil de plomb, la perspective de se rafraichir est plus que séduisante ! De plus, il n’y a presque personne ce qui en fait l’endroit idéal pour se détendre.

 

En fin d’après-midi, nous partons en quête d’un homestay pour la nuit, avant de filer vers les cascades de Tad Fan pour le coucher du soleil. Là encore, nous ne sommes pas embêtés par la foule et pouvons admirer tranquillement les cascades se parer des lumières du crépuscule.

 

____________________

2ème jour : Lak 40 – Ban Thong Noy

24km (sans se perdre) / 28km (en se perdant…) 500m de dénivelé positif

Départ sur les chapeaux de roues, ou pas ! Mon pneu arrière est complètement dégonflé, je ne vais pas aller bien loin comme ça… Heureusement nous sommes à 400m d’un petit mécano.

En moins de deux, ma chambre à air est réparée et nous pouvons profiter des lumières matinales sur Tad Yuang. Des 3 cascades que nous avons pu voir jusqu’à présent celle-ci est de loin ma préférée, un savant mélange des autres dans un décor des plus charmants !

Nous remontons sur nos vélos direction Mystic Mountain Homestay, un homestay perdu dans les montagnes du plateau des Bolovaines. Notre 1ère mission pour y parvenir (car oui, trouver cet hébergement s’est avéré être une véritable quête… !) atteindre le village de Ban Houay San. Après avoir demandé plusieurs fois notre chemin, nous parvenons à obtenir une localisation plus ou moins précise du village.

Arrivé à Paksong, nous quittons la route principale pour une piste poussiéreuse à souhait et bien tape cul (un pur plaisir)

Une fois au village, notre nouvelle mission : trouver un téléphone pour appeler le gérant afin de savoir où aller. Et bien, contre toute attente, c’est un véritable parcours du combattant ! Quand enfin nous réussissons à le joindre, nous obtenons de nouvelles indications, mais c’était sans compter notre capacité innée à se perdre… Plusieurs aller-retours ont été nécessaires avant de parvenir jusqu’à lui… (Ne vous inquiétez pas, on vous donne toutes les indications pour le trouver sans se perdre en fin d’article)

Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous ne regrettons pas d’y être aller ! Perdu au milieu des plantations de café, c’est un petit coin de paradis dans lequel on se sent seul au monde. A peine arrivés, le gérant nous propose de partir se balader aux alentours avec un couple de français des plus charmant (une grosse pensée pour vous les amis!), faisant également escale à Mystic Mountain. Nous montons jusqu’à la montagne d’en face à travers les plants de cafés pour y découvrir une vue imprenable sur le plateau ! Contre toute attente, nous sommes sur une chaine de 4 volcans (éteints, au cas où certains se demandent).

Nous avons aussi découvert quelque chose de totalement inattendu en chemin…

La guerre du Vietnam a laissé des traces… Nous l’ignorions, mais nous sommes sur une partie de la piste Hô-Chi-Minh.

 

La journée se termine par un délicieux repas en compagnie de la famille. Au menu : quelques « originalités » comme la peau de buffle séchée ou la salade de marijuana (autant nous nous attendions à manger des insectes pendant ce voyage, autant celle là nous ne l’avions pas vu venir!), le tout arrosé de « Lao lao » (whisky local à base de riz, qui fait bien rigoler… !). Combinaison parfaite pour passer une bonne soirée !

 

____________________

Jour 3 : Ban Thong Noy – Kok Phoung Tai

54km 550m de dénivelé positif

C’est reparti pour 22km sur les petits sentiers en terre, très « bumpy » et poussiéreux. Heureusement, nous traversons beaucoup de villages et de ponts en bambou qui rendent le trajet plus agréable.

Une fois arrivé sur la route, 26km nous séparent encore de notre destination finale : le village animique de Kok Phoung Tai, connu aussi bien pour sa culture que pour ses plantations de café. C’est un plaisir de voir qu’une très grande partie de la route descend ! Nous arrivons donc un poil moins fatigués que les autres jours et en début d’après-midi chez Captain Hook, un homestay en plein cœur de ce village si particulier.

Nous sommes accueillis par Sue, la femme de Hook avec une bonne tasse de café. Elle se débrouille plutôt bien en anglais et l’on découvre une femme d’une infinie gentillesse. Ses fils nous emmènent jusqu’à la « nouvelle guesthouse », située en retrait du village. Cette maison de 3 chambres installée face à la montagne et au coucher du soleil a tout pour plaire ! Un vrai petit coin de paradis !

Le soir, nous faisons la connaissance de Hook et de toute sa famille. Il nous a invité à partager un repas, que dis-je, un festin chez lui. Cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas vécu un moment de partage avec les locaux aussi intense et riche ! (Et ça fait du bien !)

Vers 21h, Hook et quelques jeunes du village nous ramènent à la guesthouse. Aussi improbable qu’il soit, nous nous sommes lancés, dans une chasse aux criquets à la lampe torche. Une fois que l’on en a eu suffisamment, nous avons eu le droit à notre petit dessert : criquets frits à la poêle ! Cette fin de soirée au coin du feu, faite de partages et de rires conclue la journée de la meilleure des manières ! Attention, la photo qui suit peut heurter l’estomac des plus sensibles…

Il n’y a pas à dire, cette soirée restera gravée dans nos mémoires pour un bon bout de temps. On ne peut que recommander de vous y arrêter passer la nuit !

 

____________________

Jour 4 : Kok Phoung Tai – Tad Lo

16km 350m de dénivelé positif

Après cette soirée passée avec Hook et sa famille, on n’avait qu’une envie : en apprendre plus sur son village et ses traditions !

Je dois avouer qu’avant de me rendre dans le village, j’avais quelques appréhensions : la peur de tomber dans le côté « zoo humain » et la peur de ce que j’allais y découvrir. Beaucoup d’avis très contradictoires circulent à leur propos, mais le mieux c’est de se faire sa propre opinion.

Avec Pierre, nous n’avons pas ressenti le côté « zoo humain », sans doute car nous avons partagé plein de chouettes moments avec eux la veille ! Quant à leur mode de vie, il est effectivement très éloigné de tout ce que l’on connait et par bien des aspects je ne suis pas en accord avec eux mais il faut garder en tête qu’ils vivent comme ça depuis des générations et des générations, que nous sommes ici chez eux et qu’il faut respecter leur mode de vie. Il est intéressant d’avoir un petit aperçu de leurs nombreuses croyances.

La visite que propose Hook est très complète, c’est un véritable passionné de café ! En plus de tout vous apprendre sur le café et ses origines, il vous fera découvrir les différentes plantes comestibles et médicinales qui poussent dans son village, ainsi que le mode de vie et les croyances de son ethnie. Bref, un moment très enrichissant !

 

____________________

Quelques mots sur le village

 

La 1ère chose qui risque de vous frapper en arrivant c’est de voir tous ses habitants en train de fumer le bang (« naturel » puisqu’il n’y a que du tabac dedans…). Ils commencent dès le plus jeune âge (3ans…) pour prévenir : les piqures de moustiques ! Chacun sa méthode…

Au village, les habitants sont animiques, ils ne croient donc en aucun dieu, seulement en la nature et la chance. Pour eux tout est une question de chance et de karma et plusieurs règles sont à respecter pour ne pas attirer la malchance. Parmi elle, si un membre d’une famille décède d’une cause accidentelle cela signifie que la malchance a frappé la famille. Celle-ci devra donc partir vivre dans la forêt pendant 5ans afin de « retrouver » la chance à de pouvoir rentrer au village.

Si vous vous rendez à Kok Phoung Tai, il faudra respecter plusieurs règles : ne pas frapper aux maisons au risque d’attirer la malchance chez les propriétaires, ne pas prendre en photo les personnes sans leur demander, en particulier les plus âgés qui pensent que vous allez leur voler leur âme avec votre appareil photo. Ne pas donner de l’eau ou des bonbons aux enfants, si jamais l’un d’eux venait à décéder, même plusieurs années après, ce serait parce que vous aviez empoisonné l’eau ou les bonbons…

Quant à la question du mariage et de la polygamie ? Les enfants peuvent se marier à partir de 8 ans, bien-sûr ce sont les parents qui choisiront les futurs époux. Souvent ils marient des enfants de même âge. La polygamie est bien acceptée et il n’est pas rare qu’un homme épouse des sœurs. Plus un homme aura de femme, car oui les femmes sont malheureusement la propriété des hommes, moins il aura à travailler puisque ce sont elles qui font tout : du travail dans les plantations de café ou les rizières à l’entretien de la maison…

Captain Hook vous apprendra encore plein d’anecdotes au sujet du mode de vie et des croyances de ce peuple complètement à part.

____________________

 

Une fois le tour du propriétaire terminé, nous quittons presque à regret le village et cette famille, direction Tad Lo. Pour cette micro étape de la journée, on ne va pas dire qu’on a croulé sous les coups de pédales, la route est toute en descente (Victoiiiiire) !

L’après-midi, nous profitons tranquillement du village et de ses cascades. Vers 16h30, deux éléphants viennent manger et se baigner dans l’eau en amont des cascades. Bien que domestiqués, ses animaux restent toujours aussi impressionnants !

 

____________________

Jour 5 : Tad Lo – HouayHoun Tai

26km 260m de dénivelé positif

Encore une petite étape aujourd’hui jusqu’au Homestay de Mr Vieng. Lorsqu’on arrive à destination, on découvre un lieu paisible qui invite à la relaxation ! Après un bon ice coffee, nous partons pour un tour à la découverte de ses plantations de café. L’occasion pour nous d’étoffer nos connaissances en la matière.

Le reste de l’après-midi, et bien on l’a passé dans un hamac ! Oui oui, nous avons très bien adopté le « Lao Style » !

____________________

Un petit mot sur le café

C’est reparti pour notre tour du monde culinaire improvisé. C’est maintenant au tour du café de nous révéler tous ses secrets !

Au Laos, principalement trois types de café sont plantés : l’arabica, le robusta et le liberica.

  • L’Arabica: Cet arbre pousse à des altitudes élevées et ombragés. Plus doux et sucré que les autres types de café, c’est également celui qui a le plus d’arôme, ce qui en fait le café le plus vendu et le plus cher du plateau.
  • Le Robusta: Cet arbre est beaucoup plus résistant que les autres et pousse en plaine. Ses graines donnent un café plus corsé et amer mais avec moins d’arôme que l’Arabica.
  • Le Liberica: c’est le plus haut et le plus gros des arbres, qui nécessite forcément de cueillir ses graines à la main. Son gout est très prononcé et moins apprécié que l’Arabica ou le Robusta.

Lorsque les fruits du café sont bien rouges, les agriculteurs récoltent à la main les petites baies (aussi appelées cerises). Avant de les faire sécher, il faut enlever la 1ère peau de la graine et vérifier que des insectes n’en n’ont pas pris possession. Pour cela, les graines sont plongées dans une bassine d’eau et toutes celles qui flottent seront jetées car elles contiennent de l’air et sont probablement percées par des insectes.

Pendant 10 jours maximum, les graines sont séchées au soleil jusqu’à devenir blanches. Puis, leur 2ème peau est retirée et si aucun insecte n’est venu casser la croute dedans, on peut passer à la dernière étape : la torréfaction.

Pour cela rien de plus simple, sur le Plateau la méthode « traditionnelle » est reine: les graines sont grillées dans une sorte de wok. Plus elles sont grillées, plus le café sera fort et intense.

Il ne reste plus qu’à le moudre afin de le boire ! Et le moins que l’on puisse dire c’est que du bon café on en aura bu sur ce plateau !

____________________

 

Jour 6 : Houayhoun Tai – Pakse

61km 400m de dénivelé positif

Nous finissons notre tour en beauté avec 60km ! Heureusement les 20 premiers et les 20 derniers kilomètres sont principalement de la descente (Ouf !).

En partant vers 7h, nous sommes arrivés à Paksé vers 13h, non contents de rendre nos vélos ! Certes nous ne regrettons pas d’avoir choisi de faire la boucle à vélo, mais le dos de Pierre (pas facile de trouver un vélo à sa taille en Asie quand on mesure plus d’1m90) et nos fessiers nous remercient grandement de les laisser tranquille !

 

____________________

Notre conclusion sur cette boucle à vélo

Bien loin de l’effervescence touristique du plateau, nous avons vraiment apprécié cette boucle et la rencontre avec les habitants (adorables) du plateau. Le vélo nous a permis de voir les choses sous un autre angle en restant au plus proches des habitants. De plus, en arrivant en milieu ou fin d’après midi dans tous les lieux « touristiques », nous étions quasiment seul. Alors qu’attendez-vous ?

____________________

 
Nous mettons maintenant le cap vers Thakhek pour une nouvelle boucle un peu moins sportive mais avec des paysages à couper le souffle ! A très vite !

 

____________________

Infos Pratiques

 

Vous pouvez louer des VTT au top chez B’Trail à Pakse pour 25 000 Kips/jour. Le gérant est très prévenant et arrangeant et pourra vous donner plein d’infos sur la boucle. Il loue aussi des motos 250 et 300 cm3 pour 250 000 et 300 000k/jour.

 

Visites

  • Cascade de Tad Champee: entrée 5 000k/pers + 5 000k de parking
  • Cascades de Tad Fan: entrée 10 000k/pers
  • Cascade Tad Yuang: 10 000k/pers + 5 000k de parking/vélo
  • Village animique Kok Phoung Tai: 5 000k/pers de droit d’entrée au village. Visite du village et des plantations de café : 15 000k/pers. 2 visites par jour à 9h30 et 13h30. Durée de la visite : 2h30 (!)
  • Visite de la plantation de café de Mr Vieng: 15 000k/pers

 

Ou dormir sur la boucle ?

  • Aux alentours des cascades, beaucoup de Resort et quelques Homestay. Nous avons dormi chez : « uniPaksong Homestay » au km 40 pour 50 000k la nuit (en chambre double) + 15 000k/repas, cerise sur le gâteau : le thé est gratuit et juste délicieux !
  • Mystic Mountain Homestay: 50 000k la nuit + 20 000k par repas pour une personne. A Paksong, prendre la 3ème à droite (route 2312) et continuer tout droit sur une bonne dizaine de kilomètres jusqu’au village de Ban Thong Noy, que vous trouverez sur Maps.me. Ensuite, filer tout droit sur 1,4km et prenez le petit chemin de gauche, entre deux maisons (si vous n’êtes pas sûr, demander aux villageois ils savent où vous allez 😉). Il ne vous reste plus qu’à suivre le chemin jusqu’à Mystic Mountain ! Et n’oubliez pas de profiter de la vue. Retrouvez plus d’infos ici: MYSTICMOUNTAINHOMESTAY
  • Captain Hook Homestay : 50 000k/pers (nuit, dîner et petit dej compris). S’il y a bien un Homestay à ne pas manquer pendant la boucle c’est bien celui-ci ! Immersion avec les locaux garantie et expérience inoubliable. Par contre n’arrivez pas trop tard, il n’y a que 3 chambres disponibles. Toutes les infos sont ici: CAPTAINHOOK
  • Tad Lo: une multitude de Guesthouse dans le village, nous avons dormi chez Palamai Guesthouse : chambre double à 50 000k (et on n’y mange très bien pour pas trop cher 😉)
  • Mr Vieng Homestay : 20 000k/pers la nuit + 15 000k le repas

 

En quelques chiffres :

  • 6 jours de VTT
  • 228km km parcourus
  • 2 960m dénivelé positif dans les pattes
  • 1 000 000 kips de dépensés pour 2 personnes tout compris, soit 51€/pers

____________________

@Parscourirlescimes

Crédit Photo: Pierre